dimanche 20 septembre 2009

POIVRONS CONFITS AU PIMENT D’ESPELETTE


Cela fait déjà quelques semaines que nos marchés ont en abondance des poivrons de couleur, et nous les avons à prix plus que raisonnable. J’ai ai profité à plusieurs reprises lol. Cette fois-ci, j’avais envie de les confire. J’ai trouvé sur Épicurien une recette avec piment d’Espelette. Cela me permettait ainsi d’essayer pour une toute première fois ce petit piment venant d'Amérique du Sud, et introduit au Pays basque, plus précisément à Espelette au XVI ou XVII siècle. À l'échelle de Scoville, échelle de mesure de la force des piments, il est classé 4, ce qui veut dire qu'il n'est pas plus fort que du poivre. Parfait pour moi qui ai un peu de difficulté avec les piments trop piquants lol.



Au cours de mes recherches sur le net, j’avais aussi remarqué une procédure différente de celle que j’utilise habituellement pour rôtir mes poivrons. Au lieu de griller à forte température durant une courte période, "Il en faut peu... pour être heureux" laisse cuire à feux très doux, pendant plusieurs heures. Cela assure ainsi un poivron très fondant en bouche, et évite l’arrière goût de brûlé qu’on peut retrouver lorsqu’on les fait griller à haute température. J’ai donc combiné les deux recettes pour n’en faire plus qu’une. Le résultat est plus que beau, et les poivrons sont moelleux à souhait. Au goût, les herbes et condiments parfument subtilement les poivrons, et le léger piquant du piment d’Espelette ne se fait sentir qu’après avoir avalé lol Un délice! J’ai cuisiné mes poivrons dans une sauce à pizza, une salade, et en accompagnement d’une viande pour vous donner quelques idées pour les utiliser.



Ingrédients :

- 3 poivrons rouges (mis poivron rouge et jaune)
- 4 gousses d’ ail (mis 5 gousses)
- 6 feuilles de basilic (mis plus)
- 10 cl (1/3 tasse + 1 ½ c. à table) d’huile d’olive
- ½ cuillère à soupe (7,5 ml) de piment d’Espelette
- 1 branche de thym (j’ai parsemé de thym séché)
- 1 cuillère à café (5 ml) de sucre
- Poivre, sel (du moulin)




Préparation :

- Hacher finement le basilic.

- Éplucher et hacher finement l’ail.

- Couper les poivrons en 2 et retirer les graines et tous les filaments blancs.

- Former une papillote avec une feuille d’aluminium et y disposer les morceaux de poivrons.

- Ajouter le thym et saupoudrer avec le basilic haché, l’ail haché, le sucre et le piment d’Espelette.

- Verser l’huile d’olive sur le tout.

- Saler et poivrer à votre convenance.

- Refermer la papillote de manière à ce qu’elle soit la plus hermétique possible.

- Cuire pendant 4-5 heures à feu très doux soit environ 200°F (93°C).

- Lorsque les poivrons sont bien affaissés et tout plissés, sortir du four et laisser refroidir.

-Égoutter les poivrons et conserver le jus de cuisson.

- Retirer la peau des poivrons et placer la chair des poivrons dans un bocal bien propre et hermétique.

- Verser le jus de cuisson sur la chair de poivron dans le bocal. (Vous pouvez filtrer, mais j’ai préféré le conserver intact).

- Mettre le bocal une nuit au réfrigérateur avant de consommer.


Usages :

- Broyés, ils font une délicieuse sauce qu’on peut utiliser pour des pâtes, une pizza, dans un riz…
- Hachés, ils peuvent être utilisés dans une salade, comme garniture à pizza …
- Entiers, comme légumes d’accompagnement à une viande

Source : Grandement inspirée par Épicurien et « Il vous en faut peu... pour être heureux »


9 commentaires:

  1. En fonction des ingrédients on peut mettre plutôt de l'origan que du basilic parce que c'est plus doux et laissera plus apparaitre leur goût.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Maripel, tu tombes vraiment dans mes goûts avec le piment d'Espelette, je cours chercher d'autres poivrons, merci !!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour!

    Bridge, contente que ça te plaise!

    Pour École de Formation,

    De l'origan, bien sûr que ce serait bon, mais j'ai privilégié le basilic que je préfère, et je peux dire que le goût des poivrons n'était pas masqué. Vous dites aussi que l'origan est plus doux, et pour moi, c'est le contraire. Je trouve l'origan plus piquant au goût. C'est finalement bien davantage une histoire de goût personnel que de convenance culinaire.

    Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
  4. Bel et bien une question de goût car moi aussi je trouve l'oregan plus fort (ou je devrais dire plus de caractère) que le basilic.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Joëlle!

    Tout à fait! On se rejoint là-dessus.

    En cuisine, tout est affaire de goût, et les goûts ne sont pas à discuter lol

    Une belle journée à toi!

    RépondreSupprimer
  6. Ah le piment d'Espelette quelle merveille. C'est un piment peut fort (puissance 4) mais son parfum est irrésistible, de plus c'est une AOC (appelation d'origine controlée)ce qui garanti sa qualité. Il est un peu cher mais on en met très peu, il fait parti de ces petits trucs qui réhausse un plat. Et puis le village d'Espelette est si beau avec ses grappes de piments qui sèchent aux balcons....Bonne journée Marypel

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Canotte!

    Oui, ce AOC est bien en en évidence sur le couvercle, on ne pourrait le manquer. Cher, tu dis? Lol. Il m'a fallu du temps pour en trouver à un prix "un peu" raisonnable, et j'étais très contente.

    J'ai lu qu'à Espelette, on y faisait une fête du piment à chaque année. Ce doit être particulièrement sympathique comme endroit.

    L'essai de ce piment fut une très belle découverte pour moi, et un gros coup de cœur. Je compte bien m'en servir, faire des tests ...

    Bon lundi à toi! :-)

    RépondreSupprimer
  8. À essayer aussi: le piment de Sainte-Béatrix, un produit bien de chez nous... c'est un piment Gorria (comme l'Espelette) mais cultivé à Lanaudière :)

    On le trouve dans certaines épiceries fines...

    P.S.- J'adore la photo de l'en-tête... Ça semble féérique, votre anse aux coques...

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Martine!

    Le piment de St-Béatrix, je ne connais pas mais j'aimerais beaucoup essayer. J'essaierai de trouver. Merci beaucoup! Est-ce qu'ils ont un site internet? Je pourrais aller puiser des infos.

    L'anse aux coques, c'est mon havre de paix, un lieu où je me sens bien. C'est dans mon coin de pays natal.

    Merci de ta belle visite! Ça fait vraiment plaisir! :-)

    RépondreSupprimer

Laissez votre trace...